Comme tout n'est jamais simple, je n'ai pas pu me faire opérer le 25 janvier, à cause d'une grosse otite, j'ai du faire reporter l'opération au vendredi 10 février. C'était comme si mon corps ne voulait pas changer, c'est frustrant.

Ainsi, je me suis fait hospitalisée le jeudi 09 février 2017 après-midi. Jusque là rien d'anormal, on me place dans une chambre classique, en "coloc" avec une vieille dame qui avait de gros soucis. Ma tante me laisse à l'hopital. Je prends ma douche, je mange - dernier repas "comme avant", ça fait bizarre. J'étais même loin de me douter que c'était le dernier repas avant longtemps. Ensuite la prémédicamentation, et hop au lit: l'interne en chirurgie est aussi venu me voir, pour m'annoncer que j'étais la première sur la liste le lendemain. Première au bloc: ouf, au moins ça libère, j'aurai pas à stresser.

Les infirmiers viennent me réveiller à 5h50 du matin. Je prends ma douche, on me pose un cathéter. Tout se passe bien, cette fois-ci la prémédicamentation me shoote bien: tant mieux. L'opération se passe tranquillement, sans problèmes apparent. Je me réveille vers 11h avec quelques douleurs, mais on me shoote à la morfine, alors tout va bien. Je remonte en chambre vers 12h30: ma mère m'y attend. Apparament, le chirurgien lui a parlé, il a l'air content de lui.

Le reste de la journée se passe tranquillement, je dors souvent. Mes parents viennent tous les deux. Jusque là rien d'anormal. Le plus dur commencera le lendemain.