Comme beaucoup d'entre nous, les "obèses morbides" comme on les appelle, j'ai eu une enfance, une adolescence, et un début de vie adulte compliqué. Les moqueries, les désillusions, les disputes avec les copains, la famille, etc.... j'en ai connu des milliers. J'ai toujours été habituée à être "la copine", celle dont personne ne veut, celle que l'on accepte parce qu'elle est sympa et très généreuse et que l'on ne regarde pas. La bonne copine qui meuble une pièce, et qui la meuble bien vu qu'elle en impose avec son corps... 

J'ai été habituée à suivre les gens, à ne pas être celle que l'on considère en premier lieu, parce qu'elle n'a pas le physique requis pour. Enfin, si vous aussi vous avez dépassé l'IMC "autorisé", alors vous devez certainement comprendre ce que c'est.

Bien entendu, une bonne partie de ma famille est dans ce cas là aussi. Et donc quand j'ai appris que ma tante ait pu subir une opération, appelée sleeve, durant laquelle on coupait l'estomac afin de réduire l'appetit et donc perdre du poids, je m'y suit bien entendu intéressée. Sachant qu'en la voyant, effectivement ça marchait pas trop mal quoi!

Donc j'ai commencé le processus, à l'hopital Laveran à Marseille. Ma mère l'a fait en même temps que moi. C'était en 2014, octobre 2014 il me semble. Tous les rendez-vous se sont enchainés: dieteticienne, cardiologue, endocrinologue, pneumologue: aie l'apnée du sommeil (je suis appareillée depuis maintenant presque 3 ans), psychologue... Enfin tout ce qui finit par un logue quoi.

Mais, étant étudiante dans une bonne école de commerce à Aix-en-Provence, et faisant mon alternance à Paris, c'était compliqué de prévoir l'opération. Je pesais à l'époque 133 kilos. Ma mère a pu se faire opérer en janvier 2015. Moi je n'ai pas pu tout de suite. J'ai du attendre (parce que je n'étais ni disponible ni prête psychologiquement).

C'est seulement deux ans plus tard, avec dix kilos en plus, que j'ai pu me consacrer à cette opération. Une fois que mes études étaient finies, j'ai repris contact avec mon chirurgien, et après quelques examens et quelques mois, on a décidé d'une date: ce serait le 25 janvier 2017.

 

Ce blog est destiné à toutes les personnes intéressées par une sleeve. Certes les complications sont réelles, et peuvent être graves - elles l'ont été pour moi - mais elles ne sont pas mortelles, et bien suivi par une bonne équipe médicale, et bien entouré moralement, tout s'arrange. Je veux ici raconter mes 40 jours d'hospitalisation, et la suite, pour prouver que l'on peut se relever, et que cette opération est bel et bien un cadeau.